Interview d'Anémone Store

Manon, la fondatrice d'Anémone Store, vous parlera de son projet, son parcours et vous donnera des conseils pour mener à bien son idée !

 

| Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Manon Lurie, j’ai 22 ans et je suis actuellement étudiante en Master Marketing et Business Development à Montpellier Management.

Lorsque j’ai lancé mon projet, j’étais encore en licence gestion spécialité Management stratégique à Montpellier Management également. J’ai eu envie de mettre en pratique les choses que l’on m’apprenait durant les cours, tout en l’alliant avec ma passion depuis toujours : la mode.

J’ai toujours su que je travaillerai dans ce domaine car j’ai baigné depuis toujours dans ce monde avec ma maman, je savais que je continuerai sur ses traces !

| Quel est votre projet ?

 

La génèse

Depuis aussi loin que je me souvienne, quand on me disait « tu veux faire quoi plus tard ? » je répondais « j’ouvrirai ma boutique de vêtements ».
Mais d’un autre coté, j’étais assez studieuse à l’école donc souvent on me répondait « mais alors pourquoi tu fais des études ? », et j’avoue que moi-même je ne savais pas.Enfin si, pour m’assurer un bagage supplémentaire, une roue de secours si l’entrepreneuriat ne fonctionne pas mais je ne trouvais pas de sens vraiment dans les études.

La véritable naissance de mon projet a eu lieu quand j’étais en troisième année de licence, et qu’il fallait que je cherche un stage. Tous les stages que je trouvais sur les différents sites d’annonce de poste ne me plaisaient pas, je ne trouvais pas de sens à travailler dans tel ou tel domaine… J’ai vite compris que si la problématique se posait pour un stage, alors elle se poserait pour trouver un travail dans les années suivantes.
J’ai réfléchi et d’un coup je me suis dit « tu ne peux pas ouvrir ta boutique physique mais avec Internet, tu peux gérer ton temps, alors pourquoi ne pas ouvrir une boutique en ligne ? ». Je savais immédiatement que je voulais donner un univers très féminin, avoir des pièces tendances, et avoir des prix accessibles à la plus grande partie d’entre nous (oui, quand on est étudiante on réfléchit beaucoup plus à cette problématique que si on ne l’est pas je pense).

La naissance d'Anémone

Dans un premier temps, j’ai simplement tapé sur Google « Comment créer un site Internet ? », j’ai réalisé des heures et des heures de recherches, de formations en ligne, de visionnage de vidéos sur le référencement, sur les Facebook ads et même sur les différentes démarches administratives à réaliser pour monter son entreprise. J’ai pris plusieurs mois pour simplement réfléchir à mon projet, pour penser, des choses les plus importantes à ne pas rater aux simples petits détails.

J’ai ensuite recherché des fournisseurs, j’ai fait des salons, j’ai pris rendez-vous avec une graphiste pour parler du projet et du logo. Quelques semaines plus tard, j’allais chercher ma première collection, faisais le premier shooting et le 17 mars 2019, l’Anémone Store était lancé.

Anémone aujourd'hui

Depuis, l’entreprise a grandi, une nouvelle collection de prêt-à-porter, bijoux fantaisies et accessoires, est en ligne environ une fois par mois sur le site, et régulièrement, j’organise des évènements, des pop-up store pour rencontrer mes clientes (évidemment quand la situation sanitaire le permet…).

| Qu'est-ce l'accompagnement de PEPITE-LR vous a apporté ?

PEPITE-LR m’a avant toute chose apporté une légitimité, que cela soit auprès de l’école ou même auprès de différents partenaires que j’ai pu rencontré : cela prouve qu’on est sérieux et que notre projet n’est pas qu’une illusion.

| Vos conseils aux Étudiants-Entrepreneurs ?

Oser. Et se dire qu’il n’y a pas de bon moment pour se lancer. Je crois qu’on attend toujours le bon moment en se disant « non cette année c’est important, j’ai les recrutements en Master », « non je vais avoir un CDI », etc. Il y aura toujours une raison de ne pas le faire mais je pense que la principale raison de le faire, c’est notre motivation. Si on est motivé, on passera les différents obstacles et on en sortira grandit.

Pour moi, monter son entreprise pendant mes études a été la chose la plus intéressante que j’ai faite jusque là. J'ai non seulement appris en autodidacte, mais j’ai aujourd’hui des compétences que d’autres n’ont pas en sortant de l’école. Et je pense que même si le projet venait à échouer, les entreprises seraient sensibles de voir ma détermination et ma capacité à apprendre seule.